Burn Out Existentiel : Le Concept Qui M’a Sauvé

Je ne suis pas très spirituel.
Homme, blanc, occidental, parents ingénieurs… 
Bref, une rationalité hors du commun. 

Ainsi, quand on me parlait d’éveil spirituel ou de développement de niveau de conscience, mes oreilles se fermaient automatiquement. 
Mais tout changea après ma lecture du livre “Une brève histoire de tout” de Ken Wilber.

Pour vous expliquer rapidement le sujet de ce livre, voici son constat de base : 
On a aujourd’hui accès à toutes les expériences jamais vécues par les humains grâce à internet. 

L’auteur a donc essayé de créer une grille de lecture lui permettant de cartographier toutes ces expériences.
Il a créé le métamodèle.

Ken Wilber transcende et inclut tous les modèles qui existaient précédemment, comme les travaux de Maslow par exemple, dans ce qu’il appelle l’approche Intégrale. 
C’est véritablement l’outil le plus bluffant dont j’ai entendu parler. 

Si vous voulez découvrir un petit peu plus ce livre, voici mes notes sur ce dernier. 

Mais un outil qui m’a vraiment parlé, c’est un aspect en particulier : la spirale dynamique. 

La voici : 

Cette spirale, elle représente les niveaux de développement humain.

Quand on naît, on est beige, et on essaye de développer notre conscience jusqu’au niveau turquoise (seulement 0,1% de la population l’atteint réellement).

Mais à quoi correspondent les couleurs exactement ? 

Et bien voici quelques exemples : 

Le niveau bleu représente 30% de la population.

“Ce sont des personnes qui ont foi en une autorité issue d’une croyance ou d’un ensemble de valeurs morales auquel elles sont loyales.

Les personnes vivant dans le bleu ont une vision manichéenne des choses, pour eux le bien correspond au respect de leur croyance/autorité et le mal toutes les personnes ou choses qui vont à son encontre.”

Le niveau orange représente lui aussi 30% de la population.

“Ce sont des personnes orientées vers la réussite, où chacun calcule rationnellement son avantage personnel.

Leurs motivations sont largement économiques et elles sont sensibles aux avantages sociaux, bonus ou argent plutôt que la loyauté ou l’appartenance au groupe. Ces capacités rationnelles permettent aux individus de tester un certain nombre d’options qui leur sont proposées.”

Je pense me situer personnellement à ce niveau-là, et cela me déplaît très fortement ! 

Nous sommes dans une société à dominante orange, et la plupart des gens ne se développent pas au-delà de ce stade

Le niveau vert (10% de la population) 

“Ce sont des personnes motivées par le contact humain et la contribution aux causes d’intérêt général (comme l’environnement, la faim dans le monde ou le respect des animaux). La collaboration, l’empathie et la tolérance sont des valeurs essentielles pour eux.”

Le niveau jaune (1% de la population)

“Ce sont des personnes motivées par l’autonomie, la liberté et l’efficacité. Les individus Jaunes organisent leur vie sous ses différentes facettes : vie personnelle, vie professionnelle, vie sociale, etc. Chacune d’elle est ensuite interconnectée et prise en compte pour améliorer le système.”

Le niveau turquoise (0,1%)

“Ce sont des personnes qui cherchent à être en phase avec les différents équilibres qui existent dans la vie. Faisant la synthèse entre l’expérimental et le connu, le Turquoise met l’accent sur la spiritualité et l’image de la “conscience collective”. Tout travail doit avoir un sens profond et s’intégrer à la vie globalement.”

Les définitions proviennent de ce site.

Attention, un niveau n’est pas meilleur qu’un autre, c’est simplement que les niveaux supérieurs sont plus intégraux, dans le sens où ils transcendent et intègrent les niveaux plus bas.
C’est un formidable outil de communication, car on sait mieux comment parler à notre l’interlocuteur et ces niveaux se traduisent également dans l’organisation des entreprises (ce livre en parle très bien)

Donc, comme je vous l’ai dit, je suis au niveau orange, et je suis furieux de l’être.
Néanmoins, pour progresser sur la spirale dynamique, il faut embrasser pleinement son niveau, pour ensuite s’en différencier, le transcender et enfin l’inclure. 

Ainsi, je suis dans un paradoxe, qui fait qu’intellectuellement, j’aimerais être au stade turquoise, mais dans les faits, je suis orange.

J’ai assez mal vécu ce paradoxe pendant les 3 derniers mois, car je voulais trouver ma mission, ma raison d’être sur cette Terre. 

Mais samedi dernier, Jean Charles Kurdali m’a dit deux phrases que j’ai trouvées très intéressantes.

“Pour s’éloigner de quelque chose, il faut s’en être approché. Je ne peux pas m’éloigner de l’argent, la reconnaissance sociale et la cocaïne sans avoir essayé.”
(je suis moins sûr pour le dernier point)

Et : “Tu peux endosser le rôle de reporter, tu peux te donner à fond dans tes projets et tes expériences, tout en gardant en tête que tu joues à un jeu plus macro et faire des retours d’expérience sur comment ces expériences te font grandir sur ta chaîne Youtube”.
Donc je vais faire exactement ça désormais ! 

J’ai envie d’avoir 2 parties de mon activité : 

  • La partie Artiste. Je tente de nouveaux formats sur Youtube et d’autres projets créatifs.
  • La partie Penseur. Je lis et réfléchis au moins 3h par jour sur des sujets qui m’intéressent, et je délivre mes conclusions sous forme de livre ou d’autres contenus. 

Voilà, je pense être sur la pente montante de mon burn-out existentiel, ma vie est cool 🙂

À bientôt dans un prochain contenu,

Eliott


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.